Canens Africae

Canens Africae

Chien-loup de Saarloos



LE SAARLOOS EN RESUME



Caractère : Le chien-loup de Saarloos est un chien réservé avec les étrangers. Sa réserve  varie selon les individus de presqu’inexistante (une légère hésitation) à très puissante (une véritable peur). 



Exercice : C’est un chien plutôt sédentaire, qui n’a pas un besoin vital d’exercice. Il sera aussi heureux en famille sur le canapé, qu’en balade tranquille ou en course d’endurance avec son maître. Il s’adapte bien aux différents modes de vie. 



Environnement : Il lui faut une maison avec un jardin bien clos. 



Instinct de meute : Le chien-loup de Saarloos a un instinct de meute très développé. Il a un besoin vital de compagnie canine, d’une compagnie permanente. Un Saarloos ne sera pas heureux s’il n’y a pas un autre chien dans le foyer, de préférence de taille équivalente, et avec une différence d’âge pas trop marquée (pour plus de détails à ce sujet, cliquez ici)



Instinct de prédation : Il est malheureusement très développé chez le chien-loup de Saarloos. Il est dès lors très compliqué, sinon impossible, de faire cohabiter le chien avec d’autres animaux plus petits (chats, rongeurs, etc). Même un chien qui a grandi avec un chat peut un jour se retourner contre lui, même si ce n’est bien sûr pas systématique. 



Entretien : L’entretien de la fourrure du Saarloos est quasiment inexistant il est pour ainsi dire autonettoyant. Le brossage est important au moment des mues, qui sont spectaculaires. Le bain n’est pas nécessaire, sauf s’il se roule dans sur une carcasse décomposée ou sur les excréments d’autres animaux, ce qu’il adore faire. 



Nourriture : La nourriture est un élément central dans la vie du chien-loup de Saarloos. Mais c’est aussi un de ses points faibles : sa «sensibilité» intestinale ne lui permet pas de digérer n’importe quoi, et seule une nourriture à base de croquettes premium lui apportera les éléments nécessaires. La mode actuelle du BARF est très dangereuse, et les vétérinaires voient arriver beaucoup de chiens en mauvais état général, ou en détresse physique (occlusions, perforations, fractures dentaires, etc.) à cause de ce type d’alimentation. 



Education : Elle est un peu plus compliquée que pour les races moins lupoides. Une bonne école du chiot, fréquentée régulièrement, sera un facteur central pour l’épanouissement social de chien. Par ailleurs, une éducation «à l’ancienne» n’est absolument pas adaptée pour le saarloos. Seule une éducation positive basée sur la récompense et évitant les punitions aura un effet à long terme. 



Socialisation : En plus de l’école du chiot, qui sera l’élément central de la socialisation, le chiot à besoin de rencontrer le plus grand nombre de chiens et d’humains possible lorsqu’il est jeune. Cependant, il faut y aller en douceur : si les rencontres sont traumatisantes, les effets négatifs seront bien supérieurs aux effets positifs. 



Santé : le saarloos est un chien sain, qui ne présente que peu de maladies génétiques. Les plus communes sont la myélopathie dégénérative, le nanisme hypophysaire, la cataracte, et la dysplasie. Un effort particulier a été réalisé ces dernières années, à l’instigation du club de race, sur le dépistage de ces maladies. Pour plus d’informations à ce sujet, cliquez ici